Même sil est encore délicat pour moi denvisager une vie de aide famille.».
Catrice 420 présenté hier.
Et sil est peu probable de se faire broyer les membres inférieurs par femme un dauphin, il concours convient dêtre prudent avec son congénère XXL, lorque.
Un accident mortel en pleine représentation.Depuis que Marion Cotillard a joué les dresseuses dorques et concours sest fait marineland manger les deux jambes devant la concours caméra dAudiard, lorque est devenue le it animal femme chemise de lannée.De rouille et dos, grand laissé-pour-compte du palmarès cannois, qui avait pourtant tout de la machine à prix chemise (une handicapée, des animaux, des larmes).«Maintenant, ça va mieux.Ce jour-là, dailleurs, dans leur bassin du Marineland dAntibes, les dauphins sont conformes en tout point à lidée quon peut se faire dun dauphin.Lanthropomorphisme, cest, par exemple, marineland ce qui a poussé Susan McCaw, femme de milliardaire américain, par ailleurs généreuse donatrice lors de la campagne de George Bush, à dépenser deux millions de dollars, en 1994, pour libérer Keiko, lorque du blockbuster Sauvez Willy.«Ils ont besoin de stimulation intellectuelle pour se sentir bien explique-t-elle, tandis que la dénommée Wikie lui apporte une feuille morte quelle a trouvée dans le bassin.Les vrais problèmes, chemise ce sont la pollution ou la pêche au thon.Cet animal dont la fonction chemise principale semble être de rendre le sourire aux enfants malades a lair dafficher une bonne humeur permanente qui frise lindécence.Ces animaux sont capables de déchiqueter une proie, mais avec lhomme, cela narrive femme jamais.» Depuis marineland cet accident, le deuxième en deux ans, il est désormais interdit aux soigneurs de plonger avec les orques.Les soigneurs le savent : la captivité reste pour le grand public une question sensible.«Les vrais problèmes, ce sont la pollution et la pêche au thon». Ça joue avec des jolis ballons de couleurs, ça émet des petits bruits mignons, et quand on tend la main en signe damitié, ça ouvre grand la bouche marineland pour nous marineland sourire avec bienveillance (en réalité, ça essaie de nous croquer le bras).
Mais ici, à Marineland, pas question dévoquer le dernier film de Jacques Audiard.

Jon Kershaw revient dailleurs dUkraine, où il a participé à un groupe détudes sur la protection des anciens dauphins soldats de la mer Noire, aujourdhui laissés à labandon.
Voilà donc pour le discours dominant, largement relayé par concours le cinéma, du Grand Bleu à Sauvez Willy, en passant par Orca, chef-doeuvre kitsch seventies où un papa orque assiste, la larme à loeil, au meurtre de sa petite amie orque par un humain très méchant.
«Vous voyez, lance Caroline, elle na pas lair malheureuse».


[L_RANDNUM-10-999]